Esprit Buffon N°47 - Extrait -

La face obscure de Buffon, ou la terrifiante histoire de M. Bill.

 

des crimes presque parfaitsLe lycée peut s’enorgueillir d'un « Panthéon Buffon » où figurent des scientifiques, des chevaliers d'industrie, de grands journalistes, des ministres...mais c'est oublier que d'autres qui se sont un jour assis sur ses bancs sont tombés du côté obscur de la force. En voici deux dont se souvient un de nos camarades.Pour l'un des deux, on a pu retracer son itinéraire.

 

Quand j'ai connu Georges R... nous étions en 3ème moderne. A cet âge où la plupart des garçons sont peu ou prou turbulents, c'était un enfant complexé, solitaire, au physique chétif. Tout en lui le prédisposait à être le souffre-douleurs collectif de ceux qu'il est convenu d'appeler « ses camarades ». Sa mère l'appelait « Pinpin », surnom ridicule qui n'améliorait pas son image auprès des autres élèves.

En classe de 2nde, il n'était plus au lycée. Quelques années plus tard, je l'ai croisé au boulevard Saint Michel, dans une librairie où il travaillait, je crois, comme livreur.

La suite de son histoire a été relatée par la presse, confirmée par les archives de la police et de la Chancellerie : 

Un soir de printemps, on découvre en forêt de Fontainebleau le cadavre d'une jeune femme. Elle a été abattue de plusieurs balles de revolver, avant d'être brûlée à l'essence. Seul indice pour l'enquête : des chaussures roses qui ont échappé au feu. C'est peu ! Le lendemain , une fille du même âge, qui a lu les journaux, déclare au commissariat du 18éme qu'une de ses amies portait ce type de chaussures ; or cette amie a disparu depuis peu. Elle précise que celle-ci avait subi une …....

 

Pour connaître la suite, reportez-vous à Esprit Buffon n°47, dans la partie du site accessible aux membres de l'AEB.